La fécondation

La fécondation marque les tous premiers instants de votre grossesse et de la vie de votre bébé. Elle désigne à proprement parlé la fusion d’un spermatozoïde et d’un ovule, également appelés gamètes. Il est important de comprendre les différentes étapes du développement embryonnaire, notamment juste avant et juste après la fécondation. Cela permet de se rendre compte de la complexité et la nécessité absolue de cette étape en vue de devenir parents et pourquoi on parle de « miracle » de la vie. Découvrons ensemble ces différentes étapes de la fécondation pour mieux en cerner les fondements.

Quand la fécondation relève presque du miracle

La fécondation, c’est la fusion de deux gamètes: un ovule et un spermatozoïde découlant, pour les grossesses naturelles, d’un rapport sexuel. Un spermatozoïde n’a une durée de vie que d’environ 72h et celle de l’ovule est en général du tiers. Le rapport sexuel doit donc avoir dans les 24 à 48h autour de l’ovulation. C’est ce qu’on appelle la période de fertilité du couple. Ainsi, la probabilité que vous tombiez enceinte durant votre cycle menstruel est assez faible.

D’autres soucis peuvent également venir, rendant encore plus faible cette probabilité. C’est la qualité des spermatozoïdes et de l’ovule. Aussi, il est très rare qu’une seule tentative suffise pour parvenir à une fécondation. Bien avant la fécondation, plusieurs événements doivent impérativement se succéder pour que le tout début de la grossesse soit un succès: la fabrication des gamètes, leur cheminement, la fécondation en elle-même, la segmentation et enfin la nidation.

Un long chemin vers la fécondation

Lors d’une relation sexuelle, les spermatozoïdes, en très grand nombre, sont recueillis dans le vagin. Ils sont constitués d’une flagelle et d’une tête et entame alors leur long périple jusqu’aux trompes de Fallope avant la fusion avec l’ovule sécrété par l’ovaire durant la période d’ovulation.

Dans un premier temps, chaque spermatozoïde traverse la glaire cervicale et cette dernière élimine environ 50% des spermatozoïdes. Plus précisément, elle « filtre » ceux présentant des anomalies (absence de flagelle ou de tête, pas assez vigoureux et rapide, …) car ils ne seront pas en mesure de pouvoir féconder l’ovule. Les autres poursuivent leur route. Au final, ce n’est qu’environ 1% des spermatozoïdes provenant de l’éjaculat lors du rapport qui parviendront à traverser l’utérus et en premier lieu son col.

Lors de l’ovulation, l’ovaire a expulsé un ovule et celui-ci s’est glissé dans une des trompes de Fallope. Les spermatozoïdes doivent donc remonter l’utérus pour venir se nicher dans la trompe dans laquelle est descendu l’ovule expulsé. La distance n’est que de tout juste quelques centimètres mais comparé à la taille d’un spermatozoïde (en moyenne 0,05 mm), l’effort que ces derniers ont besoin de fournir est alors énorme. Ceci en élimine à nouveau un grand nombre.

La fécondation à proprement dite

C’est aux environs des deux tiers de la trompe de Fallope que les spermatozoïdes rejoignent l’ovule en vue que l’un d’entre eux le féconde. La fécondation en elle-même consiste en le fait que l’un des spermatozoïdes parviendra à franchir l’enveloppe qui protège l’ovule et le pénétrer. Lorsque le spermatozoïde le plus performant de l’éjaculat pénètre l’ovule, celui-ci perd sa flagelle et crée une sorte de barrière qui l’enveloppe afin que les autres spermatozoïdes ne parviennent pas à prendre sa place.

C’est à ce moment précis que débute la grossesse. Il s’agit ensuite de la confirmée au moyen d’un test de grossesse. Généralement, ce test est réalisé lors d’une prise de sang où l’on mesure le taux d’hormone hCG dans le sang. Celle-ci est détectable au bot de 9 jours après l’ovulation. Un autre test très prisé et facile à réaliser est le test de grossesse urinaire. Il fonctionne sur le même principe mais il nécessite quelques jours de plus pour que ses résultats soient fiables.

De la fécondation à la nidation

Dans les heures qui suivent la fécondation, les chromosomes qui constituent les deux gamètes fusionnent pour ne former qu’une seule et unique cellule: l’oeuf. Ce dernier descend petit à petit dans la trompe durant 3 à 4 jours. La division cellulaire est en route et l’oeuf ressemble désormais à une framboise.

A partir du moment où la fécondation est réalisée, le cycle menstruel s’interrompt et l’équilibre hormonal est modifié. Le follicule ovarien s’est transformé en corps jaune et sécrète aussi bien des oestrogènes que de la progestérone (qu’on surnomme d’ailleurs « hormone de la grossesse« ). La présence de la progestérone vise à empêcher les contractions ovariennes qui expulseraient l’ovule tout juste fécondé et mettrait ainsi en défaut la grossesse.

Environ 5 à 7 jours après la fécondation, l’oeuf a entièrement migré dans l’utérus et maintenant constitué de deux types de cellules: le bouton embryonnaire au centre et le trophoblaste a l’extérieur, qui deviendra plus tard le placenta. C’est ce qu’on appelle la nidation.

la complexité que constitue

Les scientifiques travaillent depuis longtemps sur la fécondation pour en comprendre toute sa complexité et permettre alors une prise en charge de certaines formes de stérilité dans le but d’aider les très nombreux couples confrontés à la difficulté de devenir parents. Savez vous qu’un couple sur six a recours à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour avoir un bébé ?

Tout savoir sur la grossesse

Menu